la confrérie des charitables

Les Charitables portant la statue de Saint-Eloi.L'histoire de cette confrérie débute en 1188 lorsqu'une  épidémie de peste dévaste la région. Personne ne voulait plus enterrer les morts, ni soigner les malades.
C'est alors que  Saint-Eloi apparut en songe à Gautier de Béthune et Germon de Beuvry, deux maréchaux ferrants en leur demandant de fonder une « karité » (une charité).
Les deux hommes se rencontrent à la source de Quinty pour se raconter leur vision.
L'accompagnement de Charitables lors d'un enterrement.Encouragés par Robert V de Béthune et sur les conseils du prieur de Saint-Pry, Rogon, ils fondent la Confrérie des Charitables de Saint-Eloi. Leur tâche consiste à accompagner et à enterrer les morts sans distinction.

Les charitables poursuivent encore aujourd’hui leur action d’accompagnement et viennent en aide auprès des personnes en grandes difficultés.
La statue de Saint-Eloi.Bien que placée sous le patronage de Saint-Eloi, la Confrérie des Charitables est laïque depuis 1853. Il s’agit aujourd’hui d’une association régie par la loi de 1901.
Chaque année, en septembre, le dimanche suivant la Saint-Mathieu, a lieu la traditionnelle « procession à naviaux » évoquant la rencontre de Germon et de Gautier. Naviaux signifie « navets », ces légumes étaient utilisés par les charitables pour se protéger des maladies.

Lors de cette procession, chaque charitable porte une baguette blanche ornée de buis, de thym et de fleurs dont les odeurs fortes étaient censées éloigner le mal.
Au mois de juin, les charitables font le tour de la ville pour effectuer « la quête des petits plombs » qui est une distribution gratuite de petits pains.

Les Charitables au pied du beffroi.

Flash Info