noyer royal - juglansregia l

 

Noyer Royal

 

Noyer commun - Juglansregia  LNoyer

> Nom commun : Noyer royal ou Noyer commun, suivant les régions nommé calottier, goguier, noguier, etc

> Nom latin : Juglansregia  L., nommé par les anglophones 'Common Walnut' ou 'Black Walnut'.

> Famille : Juglandaceae.
Catégorie : arbre fruitier. Tronc droit, large pouvant atteindre avec l'âge un diamètre de 1,5 à 2m. Écorce lisse, gris cendré, se fissurant avec l'âge profondément et longitudinalement. Les rameaux sont glabres, de couleur brune, ils conservent les cicatrices foliaires.

> Feuillage : caduc, coriace, aromatique (odeur âcre), vert vif brillant sur le dessus, plus clair sur le revers. Le jeune feuillage est d'abord de teinte bronze virant progressivement au vert. Grandes feuilles glabres (environ 15cm) courtement pétiolées, alternes, composées, imparipennées, de 5 à 9 folioles ovales, lancéolées, aiguës, la terminale est nettement plus grande.

> Port : arrondi presque sphérique, largement étalé.

> Floraison : au printemps (avril-mai) ou début de l'été, suivant la région. Fleurs monoïques, les mâles en chatons axillaires cylindriques et pendants, les femelles axillaires, regroupées par 2 - 5 sur les rameaux de l'année, en partie terminale.

> Couleur : jaune-verdâtre pour les femelles, vert brunâtre pour les mâles.

> Fruits : à pédoncules courts, épais: grosses drupes vertes, ovoïdes (4-5cm). L'enveloppe externe (l'épicarpe) est charnue, lisse, vert (brou) puis noirâtre, se détache à maturité, endocarpe (coque) dur, ligneux, rugueux, composée de deux valves, comportant une cloison interne renfermant une graine comestible, formée de deux cotylédons (cerneaux) de couleur blanc crème.

> Croissance : moyenne.Noyer

> Hauteur : 20 à 30m.

> Plantation : automne (octobre) ou au printemps (avril). Penser à mettre un tuteur. Prévoir une distance d'au moins de 5m avec les autres arbres.

> Multiplication : par semis, la greffe n'est pas obligatoire, généralement elle s'effectue sur des sujets de 6 ans, en avril, en fente de préférence.

> Sol : peu acide, fertile, profond, perméable.

> Emplacement : soleil ou mi-ombre à l'abri des vents. Attention, ayant une racine pivotante, sa transplantation est délicate. Très sensible aux gelées printanières (bourgeons floraux) et les fortes gelées peuvent altérer la qualité de son bois.

> Origine : Les avis sont partagés certains vous diront la Perse, d'autres les Balkans, on le rencontre en moyenne altitude jusqu'à 1000 m, dans les régions tempérées de l'Asie Centro-occidentale (en Chine, de l'Himalaya au Turkestan et Caucase) jusqu'au sud-est de l'Europe.

> Entretien : juste une taille d'entretien, si nécessaire. Attention, il peut être sujet à certaines maladies : bactériose, anthracnose et sujet aux attaques d'acariens, vers de noix.

> A savoir : sous son couvert il n'y a guère de plantes qui peuvent pousser, car les racines (comme le feuillage) contiennent une quinone, la juglone qui inhibe leur croissance, le pommier semble craindre sa proximité et les tomates aussi.

> NB : Son nom générique vient du latin 'juglans' qui signifie noix, ce serait la contraction de 'Jovisglans', 'Gland de Jupiter'. Arbre dédié par les Romains au Père de tous les dieux, et 'regia' qui signifie royal.
Ce genre comprend une vingtaine d'espèces (certains disent 15 d'autres 21), d'arbres caducs, originaires des zones tempérées du sud-est européen, Moyen-Orient, Amérique du Nord, Amérique du Sud et sud de l'Extrême Orient.

La pleine production a lieu lorsqu'il est adulte, c'est à dire aux alentours de 15 - 25 ans, suivant la variété. Cette pleine production s'étale sur environ 50 ans, mais sa durée de vie peut atteindre 600 ans.
Traditionnellement, la récolte des noix démarrait aux alentours de la Saint Michel, le 29 septembre. La Franquette semble être la plus ancienne variété, créée vers 1784 par Nicoud-Franquet.

> Propriétés et utilisations : Connut depuis l'Antiquité pour ses diverses propriétés, Pline signalait déjà la nocivité de ses abords, se référant à son nom en grec qui faisait référence à la pesanteur de la tête.
Depuis la nuit des temps, on recommande de ne pas dormir à l'ombre d'un noyer, à cause des émanations de juglone. En Indes, il est un des symboles de la longévité.
Certaines de ses parties entraient dans la composition d'élixirs, de préparations médicinales et même d'antidote. Son bois dur de teinte brun foncé parcouru de belles veines est très recherché en ébénisterie. Sa racine appelée ronce est recherchée pour la confection de placage et revêtement précieux.
Le brou riche en tanin était autrefois très employé dans le tannage des peaux et utilisé comme vermifuge, tonique. Le Brou, les feuilles et l'écorce donne une teinture sombre pour les textiles, les meubles et les cheveux.
Le feuillage est réputé éloigné les insectes (juglone). Au Moyen- âge associé à de la menthe, on l'utilisait pour l'embaumement. Il entre encore dans la confection du vin de noix aux propriétés dépuratives, toniques et stomachiques. Dans les pharmacopées traditionnelles, il était utilisé pour ses propriétés analgésique, astringentes, antituberculeuses, antidiabétiques (baisse le taux de sucre), antibactériennes, cicatrisantes, fongicides, toniques et sédatives, en usage externe (décoction) pour traiter aphtes, maux de gorges, conjonctivite, dermatoses et autres affections cutanées, engelures (emplâtre feuilles cuites) mais aussi comme antiseptique pour les problèmes vaginaux. De nos jours il est encore utilisé dans certaines préparations pharmaceutiques et en phytothérapie comme draineur hépatique.
Dans la pharmacopée chinoise, les cloisons des noix sont prescrites entre autre dans le traitement des problèmes urinaires (hématurie, incontinence) et les dysenteries.
Les cerneaux de noix sont utilisés dans la confiserie, la confection de desserts, glaces, crèmes, viennoiseries, consommés frais ils sont plus digestes et moins huileux.
Lorsqu'ils sont encore vert, associés avec le brou, ils entre dans la confection de la liqueur de noix (autrefois prescrite pour ses propriétés apéritives, digestives, dépuratives, toniques et stomachiques). On en extrait une huile très parfumée, riche en acides gras polyinsaturés qui s'utilisée non cuite, mais elle rancit assez rapidement.
Elle a entre autre des propriétés anti-inflammatoires, antiagrégantes plaquettaire (contient un acide docosahéxaénoïque qui aurait une action sur le cerveau qui semblerait avoir un effet pour retarder la maladie d'Alzheimer).
Cette huile est aussi employée dans la fabrication des peintures, en parfumerie, en cosmétologie et dans la fabrication des savons.

 

Flash Info